Introduction en bourse prévue: les actions de Porsche arrivent fin septembre: la filiale de VW Porsche avant d’être cotée en bourse à une valorisation en milliards – Les actions de Volkswagen se renforcent après la journée de négociation

Depuis lors, la filiale de Volkswagen à Stuttgart permettra selon toute vraisemblance que certaines de ses actions privilégiées soient librement négociées sur le marché financier. Cela a été décidé par le conseil d’administration et le conseil de surveillance du groupe VW après des réunions dimanche soir. Une capitalisation boursière de 70 à 75 milliards d’euros est désormais visée pour Porsche. C’est moins que prévu avant les récentes turbulences boursières, mais conforme à ce que les analystes avaient prédit récemment.

Les papiers Porsche seront désormais proposés dans une fourchette allant de 76,50 à 82,50 euros la pièce. Au total, près de 114 millions d’actions seront émises. Cela comprend près de 15 millions de lettres pour une éventuelle surallocation, comme annoncé par la société mère VW. Le chiffre d’affaires brut de Volkswagen devrait se situer entre 8,71 et 9,39 milliards d’euros. VW AG prévoit d’utiliser les recettes pour investir des milliards supplémentaires dans l’électromobilité et le numérique.

Pour le lancement de la bourse de Francfort, la société et société faîtière Porsche SE ( PSE ) basée à Wolfsburg visait auparavant généralement fin septembre à début octobre. Au départ, aucun jour précis n’était mentionné – la décision d’aller au sol était encore sujette à changement en raison de la situation économique mondiale tendue. La décision fondamentale a alors été prise il y a deux semaines.

Ce mardi (20 septembre), la période de souscription à la préférence Porsche débutera. Il court jusqu’à la veille de l’introduction en bourse, à condition que le régulateur financier Bafin approuve le prospectus des valeurs mobilières. Des investisseurs privés en Allemagne, en Autriche, en Suisse, en France, en Italie et en Espagne devraient également pouvoir en acheter une part.

La moitié du capital social de Porsche AG a déjà été divisée en actions privilégiées sans droit de vote et l’autre moitié en actions ordinaires avec droit de vote. Jusqu’à un quart des actifs – environ un huitième de toutes les actions – seront mis en vente.

Dans le même temps, PSE obtient 25% plus une part dans la tribu, il a donc une influence sur les décisions importantes par le biais d’une minorité de blocage. Cette étape a déjà fait l’objet d’un accord ferme : le conseil de surveillance de PSE a approuvé un accord d’achat correspondant. Selon la forme des conditions définitives le jour de l’introduction en bourse, VW et Porsche-Holding calculent un produit brut de 9,36 à 10,10 milliards d’euros pour l’activité d’actions ordinaires. Cela comprend une surtaxe de 7,5 % sur les prestations.

Au total, la restructuration se traduirait par 911 millions de titres individuels – une sorte de coup de pub auquel Porsche fait allusion pour son modèle peut-être le plus populaire, la 911. L’activité opérationnelle avec d’autres séries telles que les Cayenne, Macan, Panamera ou Taycan est unis en AG. En revanche, PSE, contrôlé par les familles Porsche et Piëch, détient la majorité des droits de vote à Wolfsburg.

La plupart des actions privilégiées iront probablement aux grands investisseurs institutionnels plutôt qu’aux petits. Selon VW, le Qatar veut percevoir près de 5 %. Gulf Emirate est désormais le troisième actionnaire le plus important de l’ensemble du groupe. Un autre investisseur clé dans l’introduction en bourse de Porsche est le fonds souverain norvégien, dans lequel la banque centrale d’Oslo gère les revenus des réserves de pétrole et de gaz du pays et souhaite les développer pour les générations futures. En outre, la société de fonds américaine T. Rowe Price et la société d’investissement publique ADQ d’Abu Dhabi investissent dans la société basée à Stuttgart.

Les Souabes sont un joyau de retour dans le groupe multimarque de Wolfsburg. Depuis début septembre, suite au départ d’Herbert Diess, le patron de Porsche, Oliver Blume, dirige également le conseil d’administration du groupe VW. La société a rejeté les critiques sur le double rôle, invoquant la transparence et les règles de vote. Celles-ci doivent être suffisantes pour éviter les conflits d’intérêts. Il en va de même pour le président du conseil de surveillance de VW, Hans Dieter Pötsch, qui dirige également PSE.

En cas d’introduction en bourse réussie, il y aura une assemblée générale imprévue de Volkswagen en décembre. Il est proposé de verser un “dividende spécial d’un montant de 49% du produit brut total du placement d’actions privilégiées et de la vente d’actions ordinaires au début de 2023”, a déclaré VW. La main-d’œuvre devrait également en profiter. Le comité d’entreprise de VW a souligné la prime convenue de 2 000 euros pour chaque employé dans l’accord salarial de l’entreprise et de la Saxe.

Au moins indirectement, les intérêts des principaux propriétaires de VW jouent un rôle dans l’une des plus importantes introductions en bourse d’Allemagne. Le clan Porsche/Piëch voudrait retrouver un accès plus direct à son constructeur de voitures de sport éponyme. En 2008/2009, Volkswagen a pu éviter une prise de contrôle par la direction de Porsche de l’époque. En fin de compte, la Basse-Saxe a renversé la situation et a avalé la filiale rentable. En retour, les deux familles ont reçu une participation majoritaire dans le géant automobile.

Il semble désormais de plus en plus improbable que l’inscription soit annulée à court terme. Selon les rapports, cependant, il existe un seuil de notation minimum que VW veut absolument atteindre.

Jefferies quitte Porsche à ‘Hold’ – objectif de 80 €

À la lumière de l’introduction en bourse de Porsche AG, les analystes de Jefferies ont laissé Porsche SE à “Hold” avec un objectif de prix de 80 €. Selon ses calculs, la fourchette de cours des actions de préférence entre 76,50 et 82,50 euros sera d’environ 72 à 78 milliards d’euros, écrit l’analyste Philippe Houchois dans une étude publiée lundi. Porsche SE, qui achète des actions ordinaires de Porsche AG, n’a pas encore fait de déclaration sur les sources de financement. Après un dividende spécial VW, il estime la dette nette de la holding VW Group à 5,5 à 6,0 milliards d’euros. Un dividende de Porsche AG devrait couvrir les frais de financement encourus.

Porsche prévoit un dividende de 911 millions d’euros pour 2022

Le constructeur de voitures de sport Porsche prévoit de verser un dividende total de 911 millions d’euros pour l’année suivant son introduction en bourse. Le montant fait référence au nom du modèle de sa voiture de sport, la Porsche 911. Cela équivaut à un paiement de 1 € par action, car le capital social de Porsche AG a été divisé en 911 millions d’actions en vue de l’introduction en bourse, selon publié rapports de lundi, le prospectus de la bourse. Il y a aussi un dividende spécial de 0,01 euro par action privilégiée.

Cependant, les investisseurs ne doivent pas tirer de conclusions sur les dividendes futurs à partir du ratio de distribution. La société a déclaré dans le prospectus que le premier dividende de la société devait être compris symboliquement. Le taux de distribution “n’est pas nécessairement représentatif” du taux cible à moyen terme.

Introduction en bourse de Porsche avec des hauts et des bas pour VW

Le calendrier de l’introduction en bourse de Porsche AG, qui a finalement été finalisé après une longue période d’incertitude, a réjoui les investisseurs lundi. Pendant longtemps, le projet a été tout sauf bloqué en raison de la situation économique incertaine. Après tout, le fait que l’introduction en bourse arrive toujours a d’abord remonté le moral des acteurs du marché. Cependant, au cours de la journée, un certain scepticisme est également apparu avec les papiers VW,

Surtout, les certificats d’actions de VW pourraient initialement bénéficier des plans boursiers : Porsche Automobil Holding SE obtiendra 25 % plus une part tribale du constructeur de voitures de sport avec l’introduction en bourse et dispose donc d’une minorité de blocage. influence sur les décisions importantes. Les actions de Porsche SE ont fortement augmenté sur les nouvelles plus tôt dans la semaine : les échanges après les heures de bureau à Francfort ont augmenté de 4,98 % à 70,46 euros.

Cependant, la décision de rendre public n’a pas été une surprise totale : début septembre, le groupe Volkswagen a resserré le calendrier du projet et annoncé que Porsche AG serait cotée en bourse à l’automne. Après les réunions du conseil d’administration et du conseil de surveillance dimanche soir, le plus grand constructeur automobile européen a déjà fixé la date de rentrée en bourse au 29 septembre.

La moitié du capital social de Porsche AG a déjà été divisée en actions privilégiées sans droit de vote et l’autre moitié en actions ordinaires avec droit de vote. Jusqu’à 113 875 000 actions de préférence (y compris les options de surallocation) seront désormais émises sur le marché libre, elles seront proposées entre 76,50 € et 82,50 € par action.

Les actions privilégiées de VW, également cotées sur le DAX, ont gagné 1,90% après la séance de bourse de Francfort à 148,28 euros. L’expert du secteur Michael Punzet de la DZ Bank voit les avantages et les inconvénients du groupe basé à Wolfsburg : d’une part, la Basse-Saxe peut utiliser les fonds provenant de l’introduction en bourse pour investir dans des sujets futurs. En retour, VW perd désormais l’accès direct au flux de trésorerie disponible de Porsche AG et ne participera au succès commercial du constructeur de voitures de sport que par le versement de dividendes, a noté l’analyste.

Le fait que la valorisation de Porsche AG soit actuellement inférieure d’environ 75 milliards d’euros à la dernière valeur attendue pouvant atteindre 85 milliards d’euros a entre-temps été accepté avec un clin d’œil par le marché. Dans l’environnement de marché actuel, il est plutôt agréable que l’introduction en bourse se concrétise, a déclaré un courtier.

Pendant ce temps, Konstantin Oldenburger de CMC Markets pointe du doigt “l’énorme pluie d’argent” qui pourrait tomber sur les actionnaires de Volkswagen avec l’introduction en bourse. “Ce serait une consolation après des années de vaches maigres.” Le marché spécule actuellement sur une distribution spéciale allant jusqu’à 49% du produit du placement de nouvelles actions aux actionnaires de VW. “Avec une valorisation allant jusqu’à 75 milliards d’euros, VW pourrait générer environ 19 milliards d’euros et en distribuer 9,5 milliards d’euros.”

Cela profiterait également à la société holding Porsche, qui est le principal actionnaire du groupe de Wolfsburg et doit désormais verser de l’argent pour l’achat d’actions ordinaires de Porsche AG. En plus d’un revenu de dividendes plus élevé, l’analyste de DZ Punzet estime que Porsche SE devrait également bénéficier d’une éventuelle valorisation des actions VW. Dans le même temps, cependant, il suppose que la société holding utilisera les futurs revenus de dividendes de l’investissement dans Porsche AG principalement pour rembourser la dette – et que cela “n’aura donc pas d’effet positif sur les futurs paiements de dividendes de Porsche SE”. .

VW espère également que l’introduction en bourse du constructeur de voitures de sport le rendra à nouveau plus attractif pour les investisseurs. Par exemple, l’analyste HSBC Eduardo Spina a calculé la semaine dernière que les marchés autres que le constructeur de voitures de sport, la trésorerie, les services financiers et les investissements financiers (comme dans la joint-venture en Chine) n’ont actuellement aucune valeur pour le reste de Wolfsburg. . actifs basés sur les subventions du marché. Une introduction en bourse réussie de Porsche AG pourrait réduire cette forte remise, comme ce fut le cas avec Ferrari, par exemple, a récemment fait valoir l’expert.

En fait, les actions VW en bourse ont connu des jours meilleurs. La situation difficile actuelle des marchés boursiers, mais aussi les problèmes généraux de l’industrie tels que les difficultés de la chaîne d’approvisionnement et la détérioration du climat de consommation ont marqué le cours de l’action. En un an, les préférences VW cotées à Dax ont perdu près d’un quart de leur valeur. Le niveau temporaire d’environ 252 € était bon il y a un an et demi – les prestations coûtent actuellement 143 €.

Cependant, l’expert de DZ Punzet est prudent en ce qui concerne la réévaluation : il estime que l’introduction en bourse aura également un effet positif sur la valorisation de Volkswagen AG. “Cependant, il reste à voir dans quelle mesure la valeur marchande future de Porsche AG sera prise en compte dans la valorisation des actions de VW.”

WOLFSBURG / SUTTGART / NEW YORK / FRANCFORT (dpa-AFX) / (Dow Jones)

Produits de levier sélectionnés dans Porsche SE VzÀ perte, les investisseurs spéculatifs peuvent participer de manière disproportionnée aux mouvements de prix. Sélectionnez simplement le levier souhaité et nous vous montrerons des produits ouverts adaptés sur Porsche SE Vz

L’effet de levier doit être compris entre 2 et 20

Il n’y a pas de données

Plus d’actualités sur la Porsche SE Vz

Crédits image : tratong / Shutterstock.com, Max Earey / Shutterstock.com

Leave a Comment

Your email address will not be published.