arrestation à Moscou

« Non à la mobilisation ! – plus de 1350 arrestations

De nombreuses personnes ont été arrêtées dans plusieurs villes de Russie lors de manifestations contre la mobilisation partielle ordonnée par le chef du Kremlin Vladimir Poutine. Le portail des droits civiques OVD-Info a dénombré mercredi soir plus de 1 350 arrestations dans 38 villes du pays. Selon ces informations, 556 manifestants ont été arrêtés rien qu’à Saint-Pétersbourg et plus de 500 dans la capitale Moscou, alors que les autorités n’ont initialement pas fourni d’informations sur les arrestations.

A Moscou, les gens ont crié “Non à la guerre!” ou il a appelé à une “Russie sans Poutine”. Des photos et des vidéos ont montré comment des policiers ont brutalement saisi les manifestants, pour la plupart jeunes, et les ont traînés dans les bus. De là, les personnes arrêtées ont été emmenées dans des postes de police. Il y a eu des manifestations tout aussi importantes dans les jours qui ont immédiatement suivi l’attaque russe contre l’Ukraine le 24 février.

Des journalistes de l’agence de presse AFP ont été témoins de dizaines d’arrestations dans la soirée dans la capitale Moscou et dans la deuxième plus grande ville, Saint-Pétersbourg. Au moins 50 personnes ont été arrêtées dans une rue commerçante du centre de Moscou, ont constaté des journalistes de l’AFP. À Saint-Pétersbourg, la police a rassemblé de petits groupes de manifestants puis a arrêté les manifestants un par un.

imago / TASS / Vyacheslav Prokofyev

arrestation à Moscou

Manifestations mineures dans d’autres villes

Les manifestants ont crié “Non à la guerre” et “Non à la mobilisation”. “Tout le monde a peur”, a déclaré le manifestant Vasily Fedorov à Saint-Pétersbourg. “Je suis pour la paix et je ne veux pas avoir à tirer”. Mais en Russie, il est “très dangereux” de descendre dans la rue pour ces revendications – “sinon il y aurait eu beaucoup plus de monde”.

“J’ai peur pour moi et mon frère, qui a 25 ans et a fait son service militaire”, a déclaré l’étudiante Oksana Sidorenko. “Peut être enrôlé.”

Selon l’agence de presse allemande, des personnes isolées sont descendues dans les rues de Tomsk et d’Irkoutsk en Sibérie, d’Ekaterinbourg dans l’Oural et d’autres endroits. Ils ont dressé des pancartes aux couleurs du drapeau ukrainien. Compte tenu de la répression massive de l’État en Russie, il est peu probable que les manifestations soient trop larges.

La vidéo montrerait la manifestation à Moscou

Des vidéos circulent sur les réseaux sociaux qui montreraient des manifestations en cours en Russie. L’utilisateur de Twitter Russkie Ukraine a partagé une vidéo d’une manifestation à Moscou mercredi soir. Le propriétaire du profil a écrit : “Manifestations à Moscou après la mobilisation partielle de la Fédération de Russie ordonnée ‘par le Führer’.” Les informations n’ont initialement pas pu être vérifiées de manière indépendante.

Les autorités menacent de lourdes peines de prison pour avoir participé à la manifestation

Dans la capitale Moscou, par exemple, les autorités ont mis en garde contre la participation avant même le début d’une manifestation prévue : le procureur a menacé les personnes jusqu’à 15 ans de prison. Depuis le début de la guerre contre l’Ukraine il y a près de sept mois, le gouvernement russe a pris des mesures sévères contre les membres de l’opposition et les opposants à la guerre, y compris des lois plus sévères.

Dans une allocution télévisée mercredi matin, le président Poutine a ordonné la mobilisation partielle des forces armées russes. Au total, 300 000 réservistes doivent être enrôlés pour combattre l’Ukraine. Le contexte est susceptible d’être les difficultés du personnel russe dans la guerre d’agression qui a commencé le 24 février.

Leave a Comment

Your email address will not be published.